Bannière de la Lion's

Petit bilan d\'automne

14/11/2013

Peut-être que je n'ai rien changé au système. C'est possible, même si je suis persuadé d'avoir fait réfléchir plus d'un qui croyait impossible de se sortir des petits jeux de pouvoirs et obligations.

De toutes manières, le système ne changera que lorsque nous serons assez nombreux à vouloir faire mieux et à accepter de perdre certains de nos petits privilèges. Pas avant.

Ma position, n'a toujours pas bougé d'un iota. Rien, quedal. Elle est toujours la même: à partir du moment où on se fait croire, comme l'exigent toutes les institutions, qu'un homme peut valoir plus qu'un autre, nous perdons notre plus belle qualité et participons à détruire la formidable humanité.

Cependant, à l'intérieur, cet exercice provoque nombre de transformations. Certaines idées que j'effleurais à peine au début de cette aventure, sont désormais profondément ancrées en moi et ont rejoint mes croyances de base.

Je constate également que mon entourage, semble profiter de mes combats de moulins, tout simplement, en craignant moins l'administration, car la preuve de sa stupidité est plus que faite.

Cette entité prodigieuse et bientôt quasiment mondiale, n'est qu'une immense connerie inventée par ceux qui ne veulent pas se salir les mains en participants aux travaux nécessaires à la société, mais rêvent de se remplir les poches sans rien foutre, surtout si au détour, ils peuvent faire petit joujou-pouvoir avec leurs frères et soeurs.

Elle est devenue tellement grande, qu'il est quasiment impossible de l'ignorer. Mais, pour l'abattre, c'est infiniment simple, il suffit de la regarder telle qu'elle est: une vulgaire construction egotique. Rien de plus.

En ces temps troubles, car manquant du recul de l'Histoire, nombreux sont ceux qui s'éveillent et refusent de continuer à laisser le pouvoir à l'extérieur. Pour l'instant, ça leur demande un minimum de courage, même si le salaire est à la hauteur de l'effort, mais très bientôt, sitôt le centième singe atteint, ça deviendra naturel pour tous, et la formidable hydre des différences sociales s'effondrera d'elle-même.

Dans mon coeur, il fait chaque jour un peu plus beau, il n'y a aucune raison pour que cela s'arrête, et les probabilités sont immenses pour qu'un jour cela s'étende à l'ensemble de l'humanité.





plume